Guerre en Ukraine : Macron condamne «avec la plus grande fermeté les atrocités» commises «sous occupation russe» à Izyoum

Posted on

LE POINT SUR LA SITUATION – Le Figaro fait le point sur les dernières informations issues de journalistes, de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales et d’organisations internationales.

De nouvelles tombes ont été découvertes dans les territoires récemment reconquis par les troupes ukrainiennes, Ursula von der Leyen souhaite que Vladimir Poutine soit jugé, la Russie «pas pressée» de terminer sa campagne militaire… Le Figaro fait le point ce vendredi 16 septembre sur les dernières informations liées à la guerre en Ukraine.

Des centaines de tombes sommaires à Izyoum, Macron condamne «avec la plus grande fermeté (ces) atrocités»

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié vendredi l’armée russe de «meurtriers» et «tortionnaires» après la découverte de centaines de corps enterrés sommairement près d’Izyoum, où ont aussi été trouvées des «salles de torture». «La Russie ne laisse que mort et souffrance. Des meurtriers. Des tortionnaires. Privés de tout ce qui est humain», a déclaré Volodymyr Zelensky sur Telegram, promettant un «châtiment terriblement juste». Il a évoqué «plus de 400 corps» trouvés sur ce site d’enterrement de masse près d’Izyoum, «avec des traces de torture, des enfants, ceux qui sont morts à cause des frappes de missiles, les combattants des forces armées ukrainiennes».

Emmanuel Macron a condamné «avec la plus grande fermeté les atrocités commises à Izyoum, en Ukraine, sous occupation russe». «Leurs auteurs devront répondre de leurs actes. Il n’y a pas de paix sans justice», a ajouté le président français dans un tweet. L’UE s’est dite «profondément choquée». De son côté, le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a accusé la Russie d’agir de manière «épouvantable».

À lire aussiDans les ruines d’Izyoum, les Ukrainiens célèbrent leur libération: le récit de l’envoyé spécial du Figaro

Sur place, les enquêteurs ukrainiens ont commencé à exhumer des corps dans cette forêt près d’Izyoum, où 443 tombes ont été découvertes avec notamment une fosse contenant les corps de 17 soldats ukrainiens, selon Oleg Kotenko, responsable gouvernemental pour la recherche des personnes disparues. Deux hommes en tenues blanches y creusaient vendredi dans le sol sablonneux, près d’une croix avec l’inscription: «armée ukrainienne, 17 personnes. Izyoum, de la morgue», selon des journalistes de l’AFP sur place. Au moins l’un des corps, exhumé d’une autre tombe, a été retrouvé avec les mains liées avec une corde. Il était impossible d’établir dans l’immédiat s’il s’agissait d’un civil ou d’un militaire, le cadavre étant très abîmé, selon l’AFP.

«99%» des corps exhumés à Izyoum «présentaient des signes de mort violente», a déclaré dans la soirée le gouverneur régional Oleg Synegoubov. «Il y a plusieurs corps avec les mains liées derrière le dos et une personne est enterrée avec une corde autour du cou. De toute évidence, ces personnes ont été torturées et exécutées», a affirmé Oleg Synegoubov sur Telegram, accompagnant son message de photos des centaines de tombes retrouvées près d’Izyoum.

» VOIR AUSSI – Izioum: l’armée exhume une fosse commune de soldats ukrainiens

Poutine : la Russie «pas pressée» de terminer sa campagne militaire

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé vendredi que la Russie ne se hâtait pas d’achever sa campagne militaire en Ukraine, assurant que la stratégie des forces russes n’avait pas changé et qu’elles continuaient à conquérir des territoires. «Nos opérations offensives, dans le Donbass, ne s’arrêtent pas, elles avancent à un petit rythme (…). Le plan (des opérations, ndlr) ne nécessite pas de changement (…) nous ne sommes pas pressés», a-t-il déclaré, lors d’une conférence de presse depuis Samarcande en Ouzbékistan.

À lire aussi«Sans le groupe Wagner, l’armée russe n’est pas une véritable puissance militaire»

Poutine assure à Modi vouloir terminer la guerre en Ukraine «le plus vite possible»

En marge d’un sommet régional en Ouzbékistan, Vladimir Poutine a assuré vendredi au premier ministre indien Narendra Modi qu’il souhaitait terminer rapidement le conflit en Ukraine : «Je connais votre position concernant le conflit en Ukraine, vos inquiétudes (…) Nous allons tout faire pour que tout se termine le plus vite possible».

À lire aussiPoutine s’affiche en parrain anti-occidental

«Malheureusement, c’est juste que la partie adverse, les dirigeants de l’Ukraine, a refusé tout processus de négociation, et a indiqué qu’elle voulait atteindre ses objectifs par la voie militaire, sur le champ de bataille», a poursuivi Vladimir Poutine, selon un échange retransmis à la télévision russe.

«Excellence, je sais que l’heure n’est pas à la guerre», a de son côté rétorqué Narendra Modi à Vladimir Poutine à Samarcande, au début de leur première rencontre en tête-à-tête depuis l’invasion de l’Ukraine par les forces russes, selon des images diffusées par le radiodiffuseur de service public indien Doordashan. Mais Narendra Modi a toutefois souligné l’importance de «la démocratie, de la diplomatie et du dialogue».

» VOIR AUSSI – Xi Jinping: la Chine prête à jouer son rôle de «grande puissance» avec la Russie

L’Assemblée générale de l’ONU autorise Zelensky à s’exprimer à distance la semaine prochaine

Les États membres de l’ONU ont autorisé de façon exceptionnelle le président ukrainien à s’exprimer par l’intermédiaire d’un message vidéo lors de l’Assemblée générale annuelle des Nations unies la semaine prochaine. Sur les 193 pays membres, 101 ont voté en faveur de cette décision qui crée une exception à la règle du discours en personne et permet à Volodymyr Zelensky de «présenter une déclaration préenregistrée» lors de la semaine de haut niveau de l’Assemblée générale. Sept ont voté contre, dont la Russie, et 19 se sont abstenus.

» VOIR AUSSI – Ukraine: «400 localités» ont été reprises dans la région de Kharkiv, selon Zelensky

La Turquie paiera «un quart» du gaz russe en roubles, annonce Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a confirmé vendredi à Samarcande la livraison «prochaine» de gaz naturel à la Turquie, qualifiée de «partenaire fiable» et annoncé qu’un «quart» de ces livraisons sera payé en roubles. Cette précision, lors de sa rencontre bilatérale avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, confirme l’accord passé entre les deux dirigeants lors de leur précédente rencontre début août à Sotchi, dans le sud de la Russie.

«Notre accord devrait prendre effet prochainement permettant de livrer du gaz naturel à la Turquie dont 25% sera payable en roubles» a déclaré Vladimir Poutine, lors d’un entretien bilatéral de plus d’une heure en marge du sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai en Ouzbékistan. La part de ces livraisons de gaz payées en monnaie russe n’avait pas été stipulée lors de leurs précédents échanges.

À lire aussiLe plafonnement du prix du gaz donne des migraines aux Européens

Attaques mortelles contre des cadres prorusses

Le procureur général de la région séparatiste prorusse de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, a été tué ainsi que son adjointe vendredi par une explosion, ont annoncé les autorités locales. Le dirigeant de la région Léonid Passetchnik a affirmé que les autorités séparatistes étaient à la recherche des «personnes liées à ce crime». Il n’a pas donné plus de précisions sur la nature de cette explosion.

Le responsable de l’administration d’occupation dans la région de Zaporijjia (Sud), Evguéni Balitski, a pour sa part annoncé la mort «pendant la nuit» de deux cadres prorusses dans la ville portuaire de Berdiansk, conquise par Moscou fin février. Selon cette source, la responsable de la commission électorale de Berdiansk, chargée notamment de l’organisation d’un vote de rattachement à la Russie, Lioudmila Boïko, a été tuée avec son mari, Oleg Boïko, chef adjoint de l’administration de la ville. Evguéni Balitski n’a pas donné plus de détails sur ces meurtres.

À lire aussiGuerre en Ukraine: nervosité en Russie, où les ultra-patriotes critiquent la stratégie de Vladimir Poutine

L’Ukraine a perdu 15% de ses capacités de stockage de céréales

Environ 15% de la capacité de stockage de céréales de l’Ukraine a été perdue depuis le début de la guerre avec la Russie, relève jeudi un rapport américain qui souligne les effets néfastes pour la sécurité alimentaire mondiale.

À lire aussiGuerre en Ukraine: l’accord sur les céréales n’est pas la panacée

Depuis le début de la guerre, l’accès à des silos et autres espaces de stockage représentant environ 8,5 millions de tonnes de céréales a été perdu par l’Ukraine, selon l’estimation du Conflict Observatory, soutenu par Washington. Sur les quelque 58 millions de tonnes en capacité de stockage en Ukraine, les Russes ont ainsi pris le contrôle de 6,24 millions et 2,25 millions ont été détruits, précise le rapport.

Le gazoduc Force de Sibérie 2 vers la Chine «remplacera» Nord Stream 2, annonce Moscou

Le gazoduc Force de Sibérie 2, en discussion depuis plusieurs années entre Moscou et Pékin, «remplacera» Nord Stream 2, qui devait relier la Russie à l’Europe mais dont la mise en service a été abandonnée depuis le conflit en Ukraine, a déclaré jeudi le ministre russe de l’Énergie, Alexandre Novak. Interrogé dans un entretien à la chaîne de télévision Rossiya-1 sur un remplacement dans la stratégie énergétique russe de l’européen Nord Stream 2 par l’asiatique Force de Sibérie 2, Alexandre Novak a répondu : «Oui».

À lire aussiGaz russe: l’Europe se prépare à entrer dans une économie de guerre

Plus tôt dans la journée, le ministre, en marge d’un déplacement en Ouzbékistan, avait affirmé que la Russie et la Chine allaient prochainement signer des accords portant sur la livraison de «50 milliards de mètres cubes de gaz» par an via le futur gazoduc Force de Sibérie 2. Ce volume représentera quasiment la capacité maximale de Nord Stream 1 – 55 milliards de m³ au total -, à l’arrêt depuis le 2 septembre.

Ursula von der Leyen veut que Poutine soit traduit en justice

La présidente de la Commission européenne a plaidé jeudi en faveur d’une comparution du président russe Vladimir Poutine devant la justice internationale pour les crimes de guerre commis en Ukraine, dans un entretien avec un média allemand. «Il faut que Poutine perde cette guerre et réponde de ses actes, c’est important pour moi», a déclaré Ursula von der Leyen à la chaîne de télévision du quotidien Bild.

À lire aussiUkraine : pourrait-on juger Vladimir Poutine pour crime de guerre ?

Il ne fait pas de doute que des crimes de guerre ont été commis en Ukraine, depuis le déclenchement de l’offensive russe fin février, «c’est pourquoi nous soutenons la collecte des preuves» en vue d’une procédure devant la Cour pénale internationale, a ajouté la cheffe de l’exécutif européen, qui a effectué dans la journée une visite à Kiev.

À VOIR AUSSI – Ursula von der Leyen: l’UE soutiendra l’Ukraine «aussi longtemps qu’il le faudra»

Jasaseosmm.com Smm Panel is the best and cheapest smm reseller panel Buy Facebook Verification for instant Instagram likes and followers, Buy Verification Badge, Youtube views and subscribers, TikTok followers, telegram services, and many other smm services. telegram, and many other smm services